Presse

La troupe au Théâtre des Nouveautés

Le Petit Théâtre Borderais jouant au Théâtre des Nouveautés de TARBES le 26/01/2013

Au profit de l’association Perce-Neige, le Petit Théâtre borderais présentera sa dernière création «Les Femmes de Courteline», ce samedi 26 janvier, à 20 h 30, au théâtre des Nouveautés de Tarbes.

Depuis 2010, où ils ont joué pour la première fois cette pièce, les 17 comédiens amateurs du Petit Théâtre borderais ont sillonné la région Midi-Pyrénées. Partout, le succès, les rires, des applaudissements. Il faut dire que ce spectacle, qui dure deux heures non-stop, est composé de plusieurs pièces : «Le Gora», «Gros chagrins», «La Peur des coups», «Les Boulingrins».

Entre chaque pièce, Christel et Gérard Larrouy (président du Petit Théâtre borderais) ont mis en scène une parodie, «Monsieur Courteline», où les «femmes», qu’il malmène dans ses créations, se révoltent contre sa misogynie, ce qui donne des échanges parfois «musclés» !

Si l’on ajoute que les magnifiques costumes (la costumière fait partie de la troupe) n’ont rien à envier aux grandes scènes parisiennes et que le prix d’entrée (10 €) est reversé au profit de l’association de Lino Ventura, Perce-Neige, toutes les raisons sont réunies, ce samedi 26 janvier, à 20 h 30, au théâtre des Nouveautés de Tarbes, pour un bon moment de divertissement en famille.

Sources : La Dépêche du Midi, article du 25/01/2013 par Isabelle SANCHEZ

separationlignes

Le Petit Théâtre joue Courteline

Représentation du 20/05/2010 à Bordères-sur-l’Echez

C’était une première : Le Petit Théâtre borderais présentait son nouveau spectacle, samedi, à la salle polyvalente Roger-Paul. Et c’était la première fois aussi qu’il se produisait devant les Borderais. Du théâtre de boulevard au programme, du Courteline plus précisément, avec plusieurs pièces courtes : « Le Gora », « Gros Chagrin », « La Peur des coups », « Les Boulingrins ». Entre chaque pièce, pas de temps mort, des « interludes », écrits par Gérard Larrouy et sa fille Christel, mettaient en scène M. Courteline en personne, très bien entouré par tous les personnages féminins de ses pièces qui lui demandaient des comptes…

Et le public, nombreux, n’a pas regretté le déplacement : les francs éclats de rire, durant deux heures de temps, ont rassuré les acteurs amateurs qui, comme les professionnels, connaissaient le « trac » d’une première !

Tous ont été à la hauteur, sans oublier les deux « déménageurs » qui, entre chaque scène, préparaient le nouveau décor ; pas besoin de texte, chacune de leurs apparitions déclenchait les rires. Et que dire de la jeune chanteuse qui, pendant qu’œuvraient les « déménageurs », interpréta des chansons d’Edith Piaf ? Même la petite robe noire y était…

Décors et costumes étaient dignes des scènes parisiennes ; les robes confectionnées sur mesure par Marie (par ailleurs actrice de la troupe) étaient du meilleur goût sur chacune de ces élégantes, sans oublier les personnages masculins, dont ce pauvre M. Desrillettes, malmené par le couple Boulingrins ! Dans le public, familles et amis des comédiens ont été agréablement surpris par ces talents méconnus ; il est vrai que parfois, il ne faut pas aller chercher bien loin… Vraiment, une excellente soirée qu’il est d’ailleurs question de renouveler, mais nous en reparlerons !

 

Sources : La Dépêche du Midi, article du 21/05/2010 par Isabelle SANCHEZ

separationlignes

Courteline à Bordères-sur-l'Echez en 2011

Représentation du 29/05/2011 à Bordères-sur-l’Echez

Il y a toujours des surprises avec Le Petit Théâtre borderais. Même si vous avez déjà vu leur dernière représentation, la suivante, pourtant la même pièce, sera différente car des personnages nouveaux, des situations inattendues, des répliques réécrites, auront été rajoutés. C’est pourquoi on peut voir et revoir Le Petit Théâtre borderais, qui s’est produit samedi dernier sur la scène de la salle polyvalente Roger-Paul. Un an qu’il y avait donné la « première » des « Femmes de Courteline ». Et de nouveau, les éclats de rire ont fusé, les applaudissements ont été nourris et la surprise bien réelle lorsque cette spectatrice (actrice ?) s’est indignée tout fort du « machisme » de M. Courteline !

Bravo à Gérard Larrouy et à sa troupe qui savent si bien nous divertir ; d’ailleurs, leur prochain spectacle est prévu dans la région toulousaine. Nos artistes borderais sont sur la voie du succès. Bon vent à eux !

 

Sources : La Dépêche du Midi, article du 30/05/2011 par Isabelle SANCHEZ

separationlignes

 

La troupe dans les Lueurs de la Rue Cuvier

Le Petit Théâtre Borderais participe aux Lueurs de la Rue Cuvier

Ce vendredi 30 septembre, à 20 h 30, au théâtre des Nouveautés de Tarbes, un spectacle original est proposé par la Compagnie Théâtre Extensible et Prodigima Films, des Touloulains pas tout à fait inconnus chez nous, en Bigorre, puisque ces professionnels travaillent en collaboration avec Le Petit Théâtre borderais, dont le président Gérard Larrouy est très impliqué dans la fabrication des décors de leurs spectacles. Gérard est également le père de Christel Larrouy, qui a écrit le texte original et qui interprète le rôle de Marie Curie dans leur dernier spectacle qu’ils viennent jouer ce vendredi, à Tarbes : « Les Lueurs de la rue Cuvier » ; de plus, de nombreux Borderais du Petit Théâtre figurent dans différentes scènes.

Il s’agit d’une pièce originale mêlant cinéma et théâtre et qui retrace une partie de l’histoire de Pierre et Marie Curie. Différentes scènes ont été tournées à Tarbes, à l’été 2010, notamment au jardin Massey, sur le site de l’Arsenal ou au lycée Jean-Dupuy. Dans la scène tournée devant l’Orangerie du jardin Massey, lorsque Marie Curie promène son enfant, nous avons même appris que le landau était celui de notre ancien maire Roger Paul, que son épouse Céline a descendu du grenier et qui a été restauré par Gérard Larrouy !

Le spectacle a déjà été joué à Toulouse, il se prépare à une tournée dans toute la France et même au-delà des frontières hexagonales, ne manquez pas, ce vendredi, à 20 h 30, son passage au théâtre des Nouveautés de Tarbes.

 

Sources : La Dépêche du Midi, article du 28/09/2011 par Robert RUEDA